CE QU’IL FAUDRAIT

 

CE QU’IL FAUDRAIT

300 000 quatrains n’ont effleuré qu’à peine
L’éloge du suave et merveilleux Congo ;
Pour chanter son parfum plus doux qu’ambre et verveine
Il faudrait 3 millions de quatrains, au bas mot.


Franck Sylvain

Paru le 4 septembre 1898 dans La Croix.

Commentaires fermés.