HOMME NOUVEAU

 

HOMME NOUVEAU

Quand je me suis plongé dans un bain odorant
Où ce Congo suave a mis son ambroisie,
En moi je sens frémir une plus jeune vie,
Circuler dans ma chair un plus généreux sang !

Un client reconnaissant

Paru le 4 septembre 1890 dans Le Petit Journal ;
le 2 décembre 1890 dans La Croix.

Commentaires fermés.