PAUVRE CÉLIBATAIRE !

 

PAUVRE CÉLIBATAIRE !

Ma maîtresse m’écrit qu’elle viendra ce soir ;
J’ai perdu mon savon du Congo, mon rasoir ;
En dînant, j’ai trouvé trois cheveux dans ma soupe.
Le proverbe a raison : les malheurs vont en troupe !

Un vieux garçon

Paru le 7 juillet 1890 dans Gil Blas.

Commentaires fermés.